Travailler au siège

Saliha
Directeur Juridique Droit des Affaires

  • Date d'entrée au Club Med :
    Mars 2001
  • Formation :
    DESS Droit des Affaires, CAPA
Mini-CV
  • Juriste Droit des Affaires
  • Responsable Juridique Droit des Sociétés / Droit Boursier
  • Directrice Droit des Affaires
Le Club Med m’a offert une vraie évolution professionnelle tout en restant dans mon domaine d’expertise

Après six années passionnantes et formatrices passées en tant que juriste généraliste au sein d’un groupe mondialement connu dans le domaine du loisir et du divertissement, je cherchais à redonner du dynamisme à ma carrière en relevant de nouveaux défis au sein d’une Direction Juridique. J’ai donc sélectionné une quinzaine d’entreprises qui m’attiraient par la notoriété et le prestige de leur marque et de leur produit, parmi lesquelles le Club Méditerranée. Le hasard a bien fait les choses puisque le Club Méditerranée recherchait au même moment un juriste avec mon profil. C’est dans ce contexte que j’ai rejoint l’entreprise en 2001.

J’ai aujourd’hui évolué vers les fonctions de  Directrice Juridique Droit des Affaires. Je manage une équipe de 3 juristes et nous intervenons en support sur toutes les problématiques juridiques liées à l’activité de conception, de promotion, d’organisation et de réalisation de séjours au Club Med. Je suis très attachée à cette entreprise qui, d’une part, m’a offert une vraie évolution professionnelle tout en restant dans mon domaine d’expertise, et, d’autre part, arbore  des valeurs telles que la liberté et la gentillesse.

En l’espace de dix ans, j’ai eu la chance de côtoyer un environnement très diversifié où l’empathie, l’échange et l’enthousiasme règnent par-dessus tout et permettent de faciliter les relations au travail et la conduite de projets notamment transverses.
En outre, je garde un excellent souvenir du projet de "Cap sur l’Incomparable" avec le lancement de la stratégie de montée en gamme qui a été un vrai tournant dans l’histoire du Club Med. En effet, c’était une période où l’espoir renaissait après une période difficile pour le tourisme. Tout le monde s’est mobilisé sans limite autour de ce projet. On côtoyait des collaborateurs avec qui on n’avait pas  forcément l’occasion de travailler au quotidien. On a tous été porté par le même enthousiasme qui avait été insufflé. Le point d’orgue a été la Convention de Marrakech en novembre 2004.